Laboratoire homeopathie - Schmidt-Nagel

L’histoire du docteur Pierre Schmidt

Dr. Pierre Schmidt, l’un des plus éminents médecins homéopathes

Pierre Schmidt est né le 22 juillet 1894 à Neuchâtel. Il est l’aîné d’une famille de six enfants. Depuis l’âge de 10 ans il veut devenir médecin.

A 17 ans, sa famille s’installe à Genève où il y fait ses études. C’est un élève brillant. À 26 ans, il termine ses études de médecine et finit 1er.

Au cours de ces années, son père, gravement malade, est traité avec succès par un homéopathe, le Dr Ubert de Neuchâtel. Il insiste alors pour que ses 2 premiers enfants, Pierre et Roger, deviennent homéopathes et il leur remet « l’organon » de Hahnemann. Cette lecture passionne le jeune Pierre qui, par ailleurs, étudie aussi le latin, l’allemand, l’anglais et le sanscrit.

Durant ses études de Médecine, Pierre Schmidt doit un jour soigner une angine grave chez un enfant de 10 ans qui laisse supposer une diphtérie. Il le soigne alors avec merc. cyan et lui administre 6 gouttes en dilution 9CH toutes les 2 heures : l’enfant est spectaculairement guéri.

Cette circonstance le place devant un dilemme : il n’avait jamais vu de diphtérie durant sa pratique et constate que la médecine homéopathique lui donne des réponses qu’il n’obtient pas avec la médecine classique. Hésitant avec l’Allopathie, il prend alors la résolution de mettre l’Homéopathie à l’épreuve.

Le Dr Schmidt ré-étudit «L’Organon » et «Les maladies chroniques » de manière approfondie. Il fait le tour d’une vingtaine d’homéopathes en Suisse et le Dr Mende, de Zürich, insiste pour qu’il parte étudier l’homéopathie aux USA, en passant par Londres pour rencontrer les Dr John Clarke, Margreth Tyler et Sir John Weir, médecin de la couronne d’Angleterre. Pendant la même période, il rencontre à Paris des homéopathes mondains qui ne lui prêtent pas attention.

Le Dr. Schmidt part étudier l’homéopathie aux Etats-Unis

Il part aux USA en 1917. Son but est de rédiger sa thèse de doctorat, «les lois et principes apportés par l’Homéopathie à la thérapie actuelle ». Il suit les cours d’homéopathie au Flower Hospital. Il a alors la chance d’être reçu par le Dr Austin, médecin privé de John Rockfeller senior, qui le prend comme élève.

Le Dr Austin lui enseigne pendant plusieurs mois la philosophie de Kent, le Répertoire et la Matière Médicale. Il lui apprend à travailler avec les hautes dilutions (XM). Il l’envoie faire un stage chez le Dr Gladwin à Philadelphie dont il assiste aux consultations pendant 3 mois. Celle-ci lui lèguera du reste un petit livre dont il possède l’unique exemplaire. Le Dr Austin lui lèguera le propre répertoire la bague en diamant de Kent. C’est grâce à la générosité de ces deux médecins américains qu’il rentre en Suisse avec plus de 1’000 ouvrages différents, 4’000 hautes dynamisations et des connaissances solides.

Le Docteur Pierre Schmidt promeut l’homéopathie en Europe

Dès son retour, Pierre Schmidt promeut l’Homéopathie en Europe. A 28 ans, il épouse Dora Nagel, pharmacienne. Ils ont deux filles, Gilberte et Yollande, qui hélas meurent toutes deux à l’âge de 2 ans d’encéphalite, malgré les soins dont elles sont l’objet. C’est une épreuve difficile pour le couple qui sera marqué à jamais par ce drame. Dora Nagel s’investit alors à son tour dans l’Homéopathie et elle fonde un laboratoire pharmaceutique en 1927.

Depuis 1921, Pierre Schmidt pratique l’Homéopathie à Genève. En 1931, il dirige un congrès international d’homéopathes à Genève. L’ophtalmodiagnostique et l’acupuncture le passionnent. Le Dr Schmidt donne beaucoup de cours. Il fonde en 1946 à Lyon une école d’homéopathie. Les cours sont suivis par 40 médecins. Il donne des conférences à Londres, Barcelone et Bruxelles. Il forme également le Dr Künzli qui enseignera l’Homéopathie en Suisse alémanique. En 1953 Pierre Schmidt est membre d’honneur de l’Académie Homéopathique de Barcelone.

« Faire comme disait Hahnemann »

En 1955, à l’occasion du jubilé fêtant les 200 ans de la naissance d’Hahnemann, il est invité à Washington avec le médecin de la reine d’Angleterre et le médecin du pape, pour y faire une conférence sur le fondateur de l’homéopathie. Il y dispense les enseignements précieux d’Hahnemann, faisant sien le but de ce dernier : « utiliser un bras pour réaliser la marche en avant vers mon idéal et l’autre en arrière pour aider les générations montantes à se perfectionner dans cette méthode unique, la seule à aller sur une loi et des principes pour l’application des médicaments aux malades ».
Pierre Schmidt est décédé en 1987. Il nous a légué des travaux importants : la traduction française de la 6ème édition de « L’Organon » de Hahnemann et la traduction française de «La science et l’art de l’homéopathie » de Kent.

Son épouse, Madame Dora Schmidt-Nagel est décédée quelques années plus tard, et son laboratoire existe toujours sous le nom de Laboratoire Homéopathique D. Schmidt-Nagel SA.